Curry de protéines de soja texturées et patates douces hasselback

 

DSC07803.JPG

Hello tout le monde ! Aujourd’hui je reviens avec un de mes plats préférés : le curry (au lait de coco, of course!). Dans la recette qui suit, j’utilise des « P.S.T » (pour protéines de soja texturées), idéales pour recevoir !

Derrière ce nom barbare se cachent des morceaux plus ou moins gros de farine de soja déshuilée (à laquelle on a retiré son huile) par pression à froid (comme l’olive pour l’huile d’olive par exemple) puis agglomérée avec de l’eau avant d’être enfin cuite. Visuellement, ça ressemble fort à des céréales (d’ailleurs, niveau texture aussi). Ça n’a pas vraiment de goût ; tu peux manger une P.S.T crue pour goûter, il n’y a pas de danger.

pst.jpg

Où en trouve-t-on ?

Dans les magasins bios (Biocoop, La Vie Claire, Naturalia, Naturéo…) et de plus en plus en grandes surfaces, rayon bio ! Entre 6 et 10€ le kilo en moyenne, c’est très, très économique (sachant qu’il faut compter environ 25 à 40g de protéines de soja par personne) ! De plus, il en existe de toutes les tailles et de toutes formes (petits ou gros morceaux, lamelles, lanières, médaillons, « escalopes », etc)…

Comment ça se mange ?

Les protéines de soja texturées doivent être réhydratées dans de l’eau. Souvent, on utilise un bouillon pour leur donner un goût (j’utilise de la sauce soja, y compris la sauce tamari et la sauce shoyu, diluée avec de l’eau). Il suffit de le verser encore bouillant sur les protéines dans un saladier, puis de le couvrir et laisser gonfler 30 minutes minimum. Après, c’est magique : « On dirait de la viande ! « . Il suffit alors de les égoutter et de t’en servir comme bon te semble. J’en profite pour faire une transition du feu de dieu avec ma recette !

 

Ingrédients (pour deux personnes) :

  • 80g de protéines de soja texturées (ici, des gros morceaux, mais c’est comme tu veux)
  • 3 cuillères à soupe de sauce soja (j’ai une préférence pour le tamari allégé en sel, mais sinon on peut aussi mettre du miso par exemple !)
  • Une briquette de lait de coco (soit 20 cL), ou moins, selon l’onctuosité et surtout la quantité de sauce que tu veux obtenir
  • 1 gros oignon émincé finement (ou comme moi en lanières, comme tu préfères !)
  • 1/2 gousse d’ail émincée finement (là par contre, vaut mieux, où alors ne vient pas me parler ce jour-là…)
  • 1 cuillère à café de curry
  • 1/2 cuillère à café de curcuma moulu (si tu n’en as pas, tu peux rajouter une cuillère à café de curry)
  • 1/2 cuillère à café de coriandre moulue (facultatif)
  • 1/4 de cuillère à café de gingembre moulu (facultatif)
  • une lame de couteau de piment doux (ou paprika, ou piment d’Espelette mais attention ce dernier est beaucoup plus puissant !)
  • un peu d’huile pour la cuisson (d’olive pour moi, mais tu peux prendre celle que tu veux, même de l’huile de coco pour pousser le vice) !
  • du sel (moins, je n’en mets jamais parce que mon palet est habitué, mais aussi parce qu’il y a de la sauce soja dans cette recette et Dieu c’est que c’est salé!)

Préparation :

  1. Verse tes protéines de soja dans un saladier, et mélange les avec la sauce soja. Verse en suite de l’eau bouillante dessus jusqu’à ce qu’elles soient recouvertes (sinon, fais chauffer de l’eau dans une casserole avec la sauce soja, mais c’est moins précis parce que pour doser l’eau, c’est pas top-top). Couvre ton saladier avec un couvercle (ou du film étirable, mais je suis plus pour le couvercle). Laisse reposer le tout 30 minutes minimum. (Pendant ce temps, pourquoi pas faire le petit accompagnement ? Je te file ma recette des patates douces hasselback juste en dessous de la recette !)
  2. Une fois réhydratées, égoutte les protéines de soja (garde un peu de bouillon pour la suite) et réserve-les.
  3. Fais chauffer une poêle avec un peu d’huile. Une fois l’huile chaude, jettes-y violemment l’oignon émincé (venge toi, il t’a fait pleurer !), puis, si tu veux saler, c’est le moment (vas-y mollo, parce que trop de sel = risques accrus d’ostéoporose, d’hypertension artérielle voire de maladies cardiovasculaires et aussi de cancer de l’estomac !).
  4. Une fois que les oignons sont translucides, ajoute les épices (c’est le secret d’un curry réussi, parce que les épices sont « torréfiées » dans l’huile chaude), mélange un coup puis ajoute l’ail (ça grille vite, donc baisse le feu !) et enfin les protéines de soja. Saisie les quelques instants (on va dire que l’ail est notre indicateur de temps, qui ne doit pas brûler). Si jamais tes protéines de soja ont trop séché ou que ça commence à griller, verse un peu de bouillon que tu as gardé précieusement et laisse le s’évaporer avant de passer à l’étape suivante.
  5. Verse enfin le lait de coco puis, une fois avoir mélangé pour que les épices se dissolvent dans la sauce, couvre et laisse mijoter pendant 5 minutes minimum (comme ça, les protéines de soja s’imprègnent bien du lait de coco, mmmmmmh).
  6. C’est prêt ! Tu peux servir ça avec du riz par exemple, avec des légumes pour un repas équilibré (moi je me suis faite des courgettes vapeurs avec un peu de sauce versée dessus), ou bien comme sur la photo des patates douces « hasselback » !

 

pp.jpg

J’ai du couper le bout de ma patate douce, qui était un peu trop sèche, dommage !

 

Tout de suite, la recette (toujours pour deux personnes) :

  • 2 belles patates douces (ou plusieurs petites) de préférences bio car j’aime bien garder la peau, sinon, épluche-les
  • de l’huile d’olive (ou de la margarine 100% végétale)
  • du thym
  • du gros sel

Préparation :

  1. Préchauffe ton four à 190°C (je mets toujours chaleur tournante, sauf indication contraire, mais tu n’es pas obligé.e).
  2. Lave (et brosse si nécessaire) les patates douces, pour avoir une peau impeccable (c’est important si tu ne l’épluches pas, enfin, après, si tu aimes bien manger de la terre…). Si tu les épluches, tu peux les rincer ou pas (comme tu préfères), ça ne changera pas grand chose dans cette recette.
  3. C’est parti pour l’étape délicate : il va falloir fendre tous les 2-3 mm en moyenne les patates douces, sans les trancher en rondelles entièrement (en gros, tu fais comme si tu faisais des rondelles, mais tu t’arrêtes environ 1 cm avant). C’est l’étape la plus chiante. Si tu en as, tu peux utiliser des baguettes chinoises à mettre de part et d’autre de la patate douce afin que la lame ne puisse pas couper jusqu’au bout (t’as vu l’astuce un peu ?).
  4. Dispose tes patates douces dans un plat à four face fendue sur le dessus, puis verse un filet d’huile d’olive (ou dépose des lamelles de margarine) dessus. J’ai une préférence pour l’huile d’olive puisque je suis intolérante à l’huile de palme, la plupart du temps présente dans les margarines (et aussi parce que je boycotte cette matière grasse qui est un désastre pour la planète). En plus, c’est plus facile d’en mettre partout : avec les doigts ou un pinceau (pour les chochottes), je fais un petit massage à mes patates douces   j’étale l’huile d’olive pour bien que toute la peau soit huilée (plutôt que d’en reverser dessus…).
  5. Verse ensuite du thym (plus ou moins, comme tu préfères) puis un peu de gros sel (je prends toujours du sel de Guérande, non traité). Non, je ne mets pas de poivre, puisque le poivre, ça ne se cuit pas, sinon, ça perd son bon goût fruité et ça devient amer !
  6. Enfourne pour 30 minutes à 1 heure (désolée, mais ça dépend vraiment de la grosseur de tes patates douces !), tu peux vérifier avec la lame d’un couteau qui doit s’enfoncer facilement (mais pas trop non plus) dans tes patates douces. Servir chaud (mais laisse quand même un peu refroidir dans le four quand même) !

Un bon petit plat qui demande plus d’organisation que de méthode ! Ça vous tente ? Laissez moi des petits commentaires ! 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s