Manger vegan au restaurant : quand les restaurateurs acceptent de « jouer le jeu »

Coucou cher lecteur ! Aujourd’hui je partage mon expérience d’un déjeuner au restaurant où j’ai pu manger vegan lors de mes vacances en Camargue.

À dix heures du matin, on était parties de notre mobil-home dans un camping pour un petit studio loué dans une résidence (en fait, on n’a pas pu réserver 15 jours dans le même endroit). Sauf qu’on n’aurait pas les clés avant 16 heures (bon, finalement on a réussi à les avoir à 14 heures !). Du coup, on errait dans les Saintes Maries de la Mer, avec 30°C sur les épaules et le pif qui pelait à cause des coups de Soleil.

Puis est arrivée l’heure du midi, et j’avais la dalle. On avait zieuté un peu les restos du coin, dont la plupart proposait des cartes avec « Nos viandes », « Nos poissons », « Nos crustacés » (comprendre « Si tu es végéta*ien, tu ne mangeras rien » ; non je rigole), puis je suis tombée sur un restaurant qui proposait aussi des tapas avec des choses végés appétissantes : L’AndaLuz. Alors avec ma mère et ma tante (qu’on essaie par tous les moyens de convertir), on a ramené nos fesses vanille-fraise (bah oui, pleines de coups de soleil, quoi !) là-bas, et on a commencé à discuter un peu avec le serveur et les gérants. Très sympas, ils ont tout de suite accepté de jouer le jeu de nous faire un repas vegan de l’apéro au dessert. On a donc passé commande. Et c’était délicieux ! Voici, en photos, ce que ma mère et moi avons pris (par contre, ma tante n’a pas joué le jeu, la vilaine, donc pas de photos. ).

En « apéro » : des olives vertes marinées dans de la persillade, des toasts et du caviar d’aubergines, et de la sangria maison (trop bonne).

DSC08232.JPG

En plat : une salade de pois chiches au cumin extrêmement goûteuse et des légumes croquants à l’huile d’olive et au persil (pommes de terres, carottes, brocolis et chou-fleur ; en fait, c’est l’accompagnement servi avec leur aïoli).

DSC08230.JPG

Ma mère a pris une salade « Marius » (comme mon papi, est-ce un signe ?) avec des tomates séchées et fraîches, de la carotte râpée, des poivrons et des oignons grillés et des toasts de tapenade gentiment remplacés par des toasts au caviar d’aubergines.

DSC08234

En dessert : une salade « duo de melons » charentais jaune et melon vert dans un sirop à la menthe de leur jardin (très peu sucré donc très agréable et rafraichissant).

Le tout pour une quinzaine d’euros, et dans un endroit accueillant à l’image des gérants, à l’ombre sur une terrasse d’où on entend vaguement les bruits de la mer (c’était le jeu de mots du jour).

Je me suis rendue compte une fois de plus ce jour-là que trop peu de personnes là-bas ne connaissaient le mode de vie végétal (les gérants les premiers), et qu’ils ne le promouvaient donc pas assez sur leur carte. Si les restaurateurs mettaient simplement « option végétarienne/végétalienne » sur celle-ci, je pense que ce serait de la clientèle supplémentaire (et fidèle, si c’est bon comme là où j’ai mangé). Et puis, se référencer sur VégOresto comme « Vegan-friendly », ce serait top aussi. Vraiment. (Si tu es restaurateur et que tu vois ce post, renseigne-toi !)

Moi qui ai toujours une petite appréhension quand je vais au restaurant, j’ai été séduite. En plus on mange bien, les produits sont frais (du marché), et les gérants sont tellement cool qu’on a envie de s’attabler avec eux. Si un jour tu passes dans le coin, arrête toi chez eux (et parle-leur de mon article temps que t’y es ahah) et régale toi sans arrière-pensée (comme ils m’ont dit : « Nous, on a rien contre, au contraire ! Il suffit de nous le dire »). Je termine par le fait sont anti-corrida (merci, messieurs dames !).

Le tout je pense, c’est de ne pas hésiter à insister lorsqu’on passe commande (voire même avant de s’attabler pour voir leur réaction et leur réponse) sur ce que l’on mange et ce que l’on ne mange pas. Il suffit parfois de dire simplement « végétarien » pour se retrouver avec du poisson dans l’assiette (à croire que le poisson pousse dans la terre comme une patate ?)… Pourquoi devrais-tu avoir honte ? Au contraire, reste toujours fier de tes convictions et sache que le client est roi. Des légumes et des féculents, c’est tout (et c’est tellement simple !). Voire même uniquement des féculents… Dans les bistrots, ce sera souvent des crudités avec du pain et des pâtes ou du riz (vous pouvez les demander à l’huile d’olive par exemple), chez le pizzaïolo, une pizza aux légumes (testé cet été chez un vrai pizzaïolo italien, c’était délicieux !),… Les variantes sont infinies ! À part peut-être dans un restaurant savoyard, où on propose de la fondue, de la raclette et des gratins… Mais vous vous en doutez ! Quand au dessert, une salade de fruits (sans miel pour les vegan) ou un sorbet sans lait, quoi de mieux ?

Voilà voilà mon expérience partagée avec toi. Je t’invite à en partager mon article pour qu’un maximum de personnes soient convaincues qu’on peut manger vegan dans un restaurant qui ne propose sur sa carte aucune alternative végé visible ! Et si tu veux, tu peux t’abonner à mon blog pour être tenu-e au courant de mes derniers articles ! 🙂

Publicités

2 réflexions sur “Manger vegan au restaurant : quand les restaurateurs acceptent de « jouer le jeu »

  1. daphné dit :

    Quand j’étais allé à Setes quelques jours j’ai cru m’arracher les cheveux avec le serveur (végétarienne, c’est à dire?) J’ai pris une salade. Bon, non seulement je n’avais pas le droit de remplacer le jambon ou les lardons par des croutons? mais en plus il y manquait les tomates, en les réclamant, le serveur me dit « on n’en a plus ». J’ai finalement insister pour avoir d’autres ingrédients (bordel le truc il coûtait 12,50e pour de la salade et des poivrons !)
    Comment t’as fait pour les convaincre ? 😀 super article en passant.

    J'aime

    • Pauline dit :

      Coucou Daphné ! Déjà rien que sa première réaction c’était pas un bon présage pour la suite… Il a du se faire une sacrée marge, c’est vraiment pas commercial ça ! Je n’ai pour ma part pas vraiment eu à les « convaincre » puisqu’ils comprenaient tout à fait « que les clients aient des exigences auxquels on se doit de s’adapter » comme ils disent. Malheureusement je crois que tu es très mal tombée… Après, la seule chose à faire dans ton cas, selon moi, c’est de faire une scène devant tout le monde. Il faut avoir du cran par contre ! Mais c’est un bon moyen pour que le gérant se rende compte de sa psychorigidité… Et en passant les clients de l’antipathie de celui-ci ! Il ne faut pas hésiter je trouve, parce que là on en a vraiment pour son argent (et son égo un peu aussi!)… Mais encore une fois, il faut pouvoir oser taper du poing sur la table :/

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s