Le soja est-il dangereux pour la santé ?

original.png

Bien connu des végéta*iens et des vegans, le soja est une source importante de protéines végétales. Cependant, de nombreuses rumeurs circulent sur cette plante, qui serait dangereuse pour la santé. Qu’en est-il vraiment ? Dans cet article, je vais essayer d’éclaircir au maximum le sujet en reprenant les études établies et en les mettant en lien avec les questions que l’on se pose aujourd’hui.


Introduction : le soja, c’est quoi ?

« Le soja, soya, pois chinois ou haricot oléagineux (Glycine max), est une espèce de plante annuelle de la famille des légumineuses, originaire d’Asie de l’Est.

Il en existe de nombreuses variétés, se différenciant notamment par le port (des plantes grimpantes ou rampantes, plus proches des types originaux, aux formes naines plus couramment cultivées), la couleur des graines, la période de floraison. Les tiges dressées ont une longueur de 30 à 130 cm et les feuilles sont trifoliolées. Les fruits sont des gousses velues, longues de 3 à 8 cm, de forme droite ou arquée, et contiennent en général 2 à 4 graines. Il n’est pas considéré comme un légume sec, mais comme un oléagineux par l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) » (Wikipédia)

Aujourd’hui on trouve le soja sous diverses formes, dérivées de la fève : lait de soja, crème de soja, yaourt de soja, tofu, tempeh, steaks de soja (et tous les autres produits Sojasun notamment), jusqu’aux sauces fermentées comme la sauce soja. Les industriels utilisent également la lécithine de soja comme émulsifiant ou stabilisant dans leurs produits. Dès lors, on a commencé à s’interroger sur l’omniprésence du soja dans notre assiette.


1 ) Pourquoi dit-on que le soja est mauvais pour la santé ?

Quand j’ose prononcer le terme « soja », j’ai l’impression de dire un gros mot. Directement, j’ai le droit à des remarques comme « Le soja, c’est pas bon, c’est cancérigène », Singe-Incomprehension.jpgou encore « Il y a des hormones qui peuvent rendre les hommes stériles dedans ! ». On entend même certains sportifs dire que le soja diminuerait la masse musculaire. La seule réponse que j’ai à donner à ces personnes est : « D’où tenez-vous ce que vous affirmez ? ». En effet, j’ai du mal à les croire, d’autant plus qu’aucune étude n’a scientifiquement prouvé la dangerosité du soja sur la santé. Le mythe a vu le jour suite à une publication de la WAPF (Weston A. Prince Foundation), une association américaine qui « se consacre au rétablissement des éléments nutritifs à l’alimentation humaine par l’éducation et la recherche ».

Sauf que, comme son nom l’indique, il s’agit d’une association, et celle-ci ne compte aucun scientifique en son sein. Ainsi donc, les « études » menées et les arguments avancés, s’ils peuvent paraître tangibles, ne constituent aucune preuve véritable. Et ce d’autant plus que la WAPF n’a fait appel à aucune autre organisation qui aurait pu apporter un peu de vraie science à tout cela.


2) Le soja contient-il vraiment des hormones de type oestrogènes ?

Les oestrogènes sont des hormones que l’on associe à la femme, et pourtant ils sont secrétés aussi bien par les femmes que par les hommes. Chacun en possède donc naturellement dans son organisme.

Quant au soja, lui contient des « phyto-oestrogènes« . On a alors laissé entendre qu’ils perturberaient le système endocrinien et causeraient même certains cancers (cancer du sein notamment), voire la stérilité ! (Bah voyons…) Aussi connus sous le nom d’isoflavones, ces phyto-oestrogènes composent pourtant naturellement les végétaux : on en retrouve majoritairement dans les oléagineux (cacahuètes, sésame, lin… et donc le soja, car oui c’est un oléagineux et non une légumineuse comme la lentille) ou encore dans les céréales.

De plus, ces isoflavones, contrairement à ce qui se dit, ne sont non plus des stéroïdes (lipides sécrétés par les espèces vivantes, intervenant notamment sur le système nerveux, l’appareil reproductif ou encore sur le métabolisme ; on parle alors de stéroïdes anabolisants permettant la prise de masse musculaire).

Enfin, les phyto-oestrogènes, même si leur nom porte à confusion, n’ont pas non plus le même effet sur l’organisme que les oestrogènes. Dès lors, ces composés n’exercent aucun contrôle ou rétro-contrôle (donc aucun effet) sur le système reproductif.

L’idée reçue selon laquelle la consommation excessive de soja freinerait le développement des organes sexuels chez les garçons et pourrait même réduire la quantité ou la concentration du sperme chez l’homme est donc totalement erronée. (Clique ici pour voir les études scientifiques correspondantes)

Par ailleurs, ils n’augmentent pas le risque de cancers comme le cancer du sein ou le cancer de la prostate : au contraire, les isoflavones sont parfois utilisés en prévention de ces maladies. L’Ecole de Santé Publique d’Harvard et le FMRC (Fond Mondial de Recherche contre le Cancer) ont effectivement réalisé une étude (Health Professionals Follow-up Study) mettant en évidence une réduction de 70% du cancer de la prostate suite à une prescription de phyto-oestrogènes à des volontaires. En 1997 a également vu le jour un énorme rapport regroupant 4500 études de recherches scientifiques, que l’on doit entre autre  à l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), la FAO (Food and Agriculture Organization of the United Nations ou en France l’ONUAA pour Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture), le NCI (National Cancer Institute ou en français l’Institut National du Cancer) ainsi que le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer. Dans sa conclusion, le rapport affirme l’efficacité de la consommation de soja dans la prévention du cancer de la prostate, et aussi de l’estomac, et généralise ses effets en disant :

« Les phyto-œstrogènes sont trouvés à haute concentration dans les graines de soja, et ont prouvé in vitro qu’ils possédaient pléthore d’effets anti-cancer différents, y compris le blocage de leur prolifération. »

Les recherches de l’’AICR (Institut Américain des Recherches contre le Cancer (AICR) ont également montré le rôle préventif des phyto-oestrogènes du soja dans la lutte contre le cancer.

« Les études montrant constamment qu’une seule portion par jour d’aliments à base de soja contribue à la réduction des risques de cancer sont encourageantes. Consommer une portion d’aliments à base de soja est un pas que la plupart des gens ne trouverait pas très difficile à faire. »

« même deux ou trois portions d’aliments à base de soja par jour seraient une bonne contribution à une alimentation végétarienne ou végétalienne. »

Riva Bitrum, président des recherches de l’AICR

N.B. : 111882298928-9309_LECITHINEDESOJA_140702.pngLa lécithine de soja est quant à elle utilisée comme complément alimentaire, car sa richesse en choline et en oméga 3 est fait du bien à notre cerveau et à notre coeur (elle aide notamment à lutter contre le mauvais cholestérol), tandis qu’elle permet la détoxification du foie en prévenant par exemple les cirrhoses !

On peut donc dire que le mythe « soja = danger pour la santé » n’a plus lieu d’être. Pour autant, d’autres rumeurs persistent.


3) Le soja empêche-t-il l’absorption de certains nutriments ?

« Il n’y a aucune donnée scientifique qui suggère que la consommation de soja entraîne une déficience en minéraux chez les êtres humains. » (Dr. Andrew Weil)

Comme la majorité des végétaux, le soja contient des « anti-nutriments« . Késako ? Et bien, comme leur nom l’indique, les anti-nutriments sont des composés qui bloquent la digestion (et donc l’absorption) des nutriments lorsqu’on les ingère. Alors effectivement, les anti-nutriments sont bel et bien présents dans le soja (au même titre que dans un grain de riz), mais on sait que ces derniers sont majoritairement détruits après simple trempage, cuisson, fermentation ou  même germination. D’ailleurs, la WAPF n’a jamais réussi à prouver le contraire (et n’y arrivera pas de sitôt) ! En gros, le riz et presque toutes les céréales/légumineuses contiennent des anti-nutriments, sauf que voilà, vu que le soja est déjà à l’origine de pas mal de débats, on s’est dit qu’en créer un de plus ce serait pas mal ! Non mais sérieux les gars, ça se fait pas de s’attaquer à des plantes sachant qu’elles peuvent pas parler…


4) Qu’en est-il du soja OGM ?

857517_7_467f_plantation-de-soja-transgenique-dans-le-centre

On a récemment entendu parler du soja OGM  (génétiquement modifié) utilisé largement par Monsanto, firme américaine numéro 1 dans la fabrication et la vente de pesticides au monde (miam!). Contrairement à ce que l’on croit ici en Europe, nous consommons aussi du soja OGM, sans forcément le savoir. Et où se cache-t-il majoritairement ? Dans les produits animaux ! Oui. Pourquoi ? Parce que les animaux, même en Europe, sont nourris aux OGM (soja, maïs…), sauf rare indication contraire (le bio serait épargné). Je t’invite alors à te renseigner sur les limites, les risques et les dangers des OGM sur la santé et l’environnement en cliquant ici.

Quoiqu’il en soit, le soja OGM est à éviter (parce que c’est un OGM, voilà voilà). Manger bio autant que l’on peut constitue alors un moyen efficace (et ce n’est pas nécessairement plus cher, surtout si on ne consomme pas de viande ou encore de poissons ! 😉 )


5) Devrions nous  donc manger du soja plus régulièrement ?

Si le soja n’est pas mauvais pour la santé et semble même présenter quelques avantages, nous ne sommes pas tous égaux face à lui. En effet, il existe des contre-indications pour les personnes intolérantes ou allergiques au soja : dans ce cas, il est nécessaire de consulter un médecin (et même un allergologue, de préférence). De plus, il est recommandé de ne pas dépasser 2 à 3 produits contenant du soja par jour lorsque l’on a déjà eu des problèmes thyroïdiens (ce n’est pas le seul aliment concerné : on déconseille également les sucreries, les fritures, l’alcool, les épices, les excitants, et même certains végétaux comme les choux et les patates douces !). Enfin, pour l’alimentation des nourrissons, le lait maternel reste meilleur d’un point de vue nutritionnel, mais le lait de soja n’a aucun effet néfaste sur le développement du nourrisson et plus généralement de l’enfant. Toutefois, il est nécessaire de faire suivre son enfant par un pédiatre ou un médecin quelle que soit l’alimentation du bébé (végétalienne, végétarienne ou omnivore).


aPWxnGQ_700b_v1.jpg

Conclusion :

On ne doit pas manger de soja, mais on peut. Ainsi, sauf cas exceptionnels, il serait dommage de supprimer le soja (non OGM) de son alimentation en croyant s’éviter des soucis de santé (au contraire!). Le soja est une excellente source de protéines végétales et est très faible en matière grasse. Il existe d’ailleurs de nombreux produits dérivés du soja qui sont délicieux (je pense à la sauce soja notamment).


Et voilà pour le petit topos ! Pour encore plus d’infos sur le sujet, je t’invite à lire le livre Finally, the Truth About Soy de Léo Babauta ! 😉 En attendant j’espère que mon article t’aura appris des choses, et que tu le partageras avec tes proches ! Tu peux aussi t’abonner à mon blog et aimer ma page Facebook Sans foie ni l’oie pour être tenu(e) au courant de mes prochains articles (c’est gratuit!).

Je te dis donc à très vite ! 🙂

Publicités

4 réflexions sur “Le soja est-il dangereux pour la santé ?

  1. Sylvia dit :

    Bel article qui remet un peu d’ordre dans toutes ces idées reçues !
    Après tout, le soja est largement consommé dans les pays asiatiques et ces populations se portent plutôt bien, non ?

    J'aime

  2. Leslie dit :

    Ouiii, j’en parlais justement avec un copain de pharma il y a quelques jours ! Et qui lui aussi m’a affirmé qu’il n’y avait pas de risques ! Trop contente. Je te contacte sur FB pour soulever quelques points. 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s